Vous êtes ici : Accueil Les Personnages Constantinos Faltaits Constatinos Faltaits (1891-1944)

Constatinos Faltaits (1891-1944)

Κωνσταντίνος Φαλτάϊτς (1891-1944)

Constantinos Faltaits, le père du fondateur du musée Faltaits, était journaliste, auteur et investigateur supérieur de l’époque entre le deux guerres mondiaux (1913-1944). Il Était des premiers membres de l’Union des Éditeurs des Journaux Quotidiens d’ Athènes, et il était correspondant de guerre pendant les guerres Balkaniques et la campagne à l’Asie Mineur et la catastrophe que l’a suivi.  Il est considéré comme investigateur innovateur des chansons « Rebetika » et des Roma. Il a aussi contribué au sauvetage de l’œuvre d’Alexandros Papadiamandis. On peut voir des manuscrits de Papadiamandis au musée  Faltaits.

Il a été ne en Smyrne en 1891 et il était élevé en Skyros. Il a fini l’École Varvakeio en Athènes et puis il a étudié le Loi et la Philosophie à l’Université d’Athènes. Même  qu’il a été nommé Médecin de Loi il n’a jamais pactisé le métier, mais il était fasciné de petite âge du journalisme. Il s’occupe du journalisme activement de 1910, quand il avait 19 ans, jusque 1944.

Il a travaillé pour beaucoup des journaux et magazines comme : « Acropole », «Vers l’Avant », «  Parole Libre », «  Athénienne », « Parnasse », « Homme Libre », Bouquet », « Grèce Nautique »,… publiant des articles, enquêtes folkloriques, historiques, et ethnologiques, fiction, petites histoires, poèmes, traductions etc. Il signait ses œuvres comme F, K.F., Costas Faltaits, Danaé, Costas Markelos, Un Grec.

Guerres Balkaniques

Pendant les guerres Balkaniques il serve au Marine du Guerre Grecque, aux navires destructeurs et au navire amiral « Georgios Averoff ». Il a participé aux batailles des navires d’Elli et Lymnos, aussi qu’à la bataille des destructeurs aux détroits des Dardanelles et des iles de l’Égée.

À ce période il travaille pour le journal «  Acropole » de Vlasis Gavriilidis, envoyant des descriptions du Marine du Guerre, contribuant à la création du mythe du Marine du Guerre Grecque.

Ces descriptions sont publiées en style des lettres que Costes Faltaits signe  F, K.F., Costas Faltaits, Danaé et sont publiées à nouveau en 1915 à l’ « Acropole ».

En même temps il a une collaboration pour la publication d’une série des livres sur la guerre avec le journal « Acropole », è travers de la Bibliothèque  de Guerre de l’ « Acropole ». Il a écrit « Les inédits de Roi George I », «  Les inédits d’Amiral Koundouriotis », « Les inédits du Guerre Grecque-Bulgare », « Les inédits du Majeur Ioanni Velissariou ».

En 1919 il publie l’annal de la bataille marine d’Elli qu’a revendiqué la Distinction des Lettres. Le bataille marine d’Elli a  été publié en pièces  dans plusieurs livres, quand le magazine « Grèce Marine » publie l’anal en pièces mais à sa entièreté.

 

Guerre de l’Asie Mineure

En Avril de 1921, Costas Faltaits part pour la Turquie ou il participe à la guerre comme correspondant de la guerre du journal « Vers l’Avant! ». Il suive la guerre à Avgkin, Nicomédie, Prusse, Uşak,  Adapazarı, Eskişehir, Karamusal,  Kütahya etc.

En Août de la même année il est blessé à la lutte du rivière Sakarya pendant une attaque par aéroplane.

Sa dernière correspondance de la guerre était le Novembre de 1921 de Kopruhisar.

Du moment qu’il est retourné du front en Novembre de 1921, il écrit et publie «  Ces dont les Turcs- Histoires des massacres de Nicomédie ». Ce livre a été traduit par le Ministère des  Affaires Étrangères en français en 1922 et utilisé par le gouvernement Grecque  pour la promotion de la position Grecque aux organismes internationaux.

 

Costas Faltaits et Alexandros Papadiamandis

Costas Faltaits n’a jamais connu Alexandros Papadiamandis mais il a joué un rôle décisif pour la préservation du nom du grand  auteur qui était en train d’être oublié après son mort en 1911.

À cause d’une réunion causale avec les sœurs de Papadiamandis dix ans après son mort était le début d’une série des initiatives du part de Faltaits d’un part d’honorer  le grand écrivain et d’autre part de sauvegarder, littérairement, les trois sœurs célibataires. Utilisant le media à travers du grand nombre des publications, Faltaits a eu succès à rendre l’intérêt du cercle littéraire et journalistique mais aussi de l’État vers le sauvetage de l’œuvre de Papadiamandis.

Grâce aux efforts personnels et de son propre initiative le buste de Papadiamandis a été  érigé en Skiathos, un  mémorial artistique a été organisé, un grand nombre des œuvres inédits de l’écrivain ont été sauvés et publiés, quand ses publications ont contribué au sauvetage de la maison de Papadiamandis et sa conversion en musée. 

L’autre monde

Costas Faltaits est considéré comme chercheur innovateur des chansons grecs connues comme « Rebetica » et des Roma.

Il a commencé son immersion au monde de « Rebetica » en 1915 avec l’histoire « L’Autre Monde », dans laquelle on trouve le premier record publié du monde de ce type de chanson et music. Il a continué sa recherche au niveau journalistique avec de nombreuses publications sur la culture de ce monde.  Quelque temps après, sans l’aide de professeur de music, il devienne créateur des chansons de ce genre. Il a écrit et composé des chansons  pour Stellaki Perpiniadi, Rosa Ashkenazi,  Gianni Papasideri, etc. Ses œuvres musicaux sont signés « Costas Faltaits » ou « Costas Poumeliotis ».

En 1929 dans un de ses articles pour le magazine Bouquet il record beaucoup des distiques de « rebetica », classifiés par thème.

Costas Faltaits était le premier chercheur de s’occuper des gitans. Il a fait des records de leur connections avec la chanson traditionnelle,  leur allocation géographique en Grèce et les noms de chaque tribu.

Costas Faltaits et Skyros

La contribution de Costas Faltaits au développement  de son île natal, Skyros, était très importante. Comme le fondeur et le président du Lien des Skyriens (fondu en 1922) il a contribué à :

  • La construction des rues Skyros-Linaria et Skyros- Tris Boukies, la connection côtier Peres-Skyros, le transport entre Skyros et Cymé, mais aussi à la connection téléphonique  de Skyros avec Athènes et Chalcis.
  • L’envoi d’une équipe spécialisé contre le paludisme en 1919, un période pendant laquelle Skyros avait beaucoup souffrit de la maladie.
  • La construction de nouvelle école, gymnasium, la fondation d’école des teintures végétales  et l’effort de création d’école industriel. 
  • La réédition du journal « Skyros ».
  • L’effort du développement touristique de Skyros, à travers de l’organisation des excursions à Skyros et de grand nombre des expositions en Athènes.
  • La création du musée folklore et archéologique en 1930(il s’agit du premier musée de Skyros et il occupait le veille Mairie) et la création du record historique, mais aussi les efforts d’excavations archéologiques.
  • L’érection du monument et l’organisation des fêtes pour le poète Anglais Rupert Brooke, qui a été déclaré mort à Skyros en 1915.

Contact FR